Planifier ou non l’intrigue d’un roman ?

Par défaut

Ça y est. Vous avez une idée en tête qui vous pousse à vous lancer dans l’écriture d’un roman. Peut-être est-ce lié à quelque chose que vous avez entendu dans la rue, à un faits divers lu dans un journal ou encore à une anecdote qu’un ami vous a racontée dans une soirée.

Dans tous les cas, vous être prêt. Vous allez partir de ce point de départ prometteur pour écrire votre histoire !

Mais vous vous posez très vite cette question cruciale : Dois-je écrire la première version de mon texte au fil de la plume, guidé par ma seule inspiration, ou vaut-il mieux écrire un plan au préalable ?

S’il était possible de répondre à cette interrogation en une phrase définitive, ce serait trop simple bien entendu…

A titre d’exemple, avant d’écrire mon premier roman, Ce qui sort des tunnels, j’avais déjà essayé d’écrire un tapuscrit avant de très vite me décourager. J’avais pourtant planifié l’intrigue dans les moindres détails, fait des fiches de plusieurs pages sur chacun de mes personnages principaux, et même fait des croquis ! Le problème qui s’est rapidement posé a été le suivant : Je me sentais écrasé par mes travaux préparatoires ! Je perdais un temps fou à relire mes notes, à essayer de respecter ce que j’avais prévu. Pour résumer, j’étais devenu l’esclave de l’histoire que je devais raconter.

Lorsque j’ai entamé l’écriture de Ce qui sort des tunnels, j’ai opté pour une méthode radicalement différente : Partir de deux idées fortes que j’avais en tête et qui n’avaient au départ aucun lien entre elles (A. Un train et ses passagers, à l’exception de l’un d’entre eux, disparaissent mystérieusement en France. B. Une femme enceinte dotée d’un pouvoir particulier reçoit un appel inquiétant dans un coin paumé de l’Amérique) A partir de ces deux images que j’avais en tête, j’ai cherché des pistes qui pourraient relier ce rescapé français et cette Américaine, et j’ai trouvé les premières étapes de mon histoire, et… c’est tout !

Pour autant, je ne répète pas cette méthode pour le nouveau roman que j’ai commencé à écrire, car j’ai découvert des limites à cette fameuse méthode « au fil de la plume ».

Observons de plus près les deux méthodes et leurs avantages et inconvénients respectifs :

1. Planifier l’intrigue :

– Avantages : Un sentiment de sécurité (Je sais où je vais et je sais pourquoi je raconte cette histoire), un gain de temps (à condition de ne pas crouler sous les notes en tous genres…), la possibilité de se reposer sur un squelette d’histoire.

– Inconvénients : Si on a réussi à trouver le dénouement de l’intrigue avant même d’avoir écrit la première ligne, cela veut probablement dire que l’histoire va être très prévisible, voire simpliste. En outre, on perd tout élément de surprise. Même si chaque petit détail n’a pas été pensé, on prend le risque de suivre un itinéraire tout tracé et de trouver la route un peu monotone.

2. Ne pas planifier l’intrigue :

– Avantages : La découverte ! L’auteur devient le lecteur de sa propre histoire qui se dévoile à lui à mesure qu’il l’écrit. Tout est donc possible. Les personnages risquent moins d’être de simples pantins au service de l’histoire, et leurs actions devraient sembler plus authentiques.
– Inconvénients : Si se noyer sous ses notes peut perdre du temps, ne pas en avoir du tout peut s’avérer catastrophique. Rouler dans le brouillard se fait plus facilement si on allume au moins les feux de sa voiture ! Si l’on ne connait pas un minimum d’éléments concernant nos personnages et leurs motivations, l’écriture peut vite tourner à vide. Il faut ensuite revenir en arrière et parfois effectuer de nombreuses réécritures pour obtenir une histoire cohérente.

Stephen King dit écrire ses romans sans aucune planification… à l’exception de Dead Zone qui est pour moi l’un de ses meilleurs ouvrages…

Difficile de trancher donc, et la réponse se trouve sans doute dans un savant mélange des deux techniques. On peut estimer qu’il y a un minimum nécessaire de préparation à effectuer. Ce travail porte, à mon avis, sur les thèmes forts qui vont porter notre histoire (Ce que Chuck Palahniuk, auteur de Fight Club,  compare à des chevaux qui vont tirer notre carrosse), sur les personnages principaux et ce vers quoi ils tendent, et au moins quelques grandes directions concernant au moins la première partie de l’histoire si l’on souhaite ne pas trop se fermer de portes et pouvoir se diriger vers un dénouement que l’on n’aura pas forcément pensé dès le début mais qui sera logique et naturel.

Et si vous vous posiez la question : Non, je n’ai fait aucune planification avant d’écrire cet article !

Publicités

Une réflexion sur “Planifier ou non l’intrigue d’un roman ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s