Chronique : « Le naufragé » (Bruno Bazot)

Par défaut

« De l’admiration naît la création » disait le philosophe Alain. Une pensée que ne renierait probablement pas Bruno Bazot, l’auteur du recueil de nouvelles de science-fiction Le naufragé.

Dès l’introduction, l’auteur annonce en effet la couleur et cite quelques grands noms du genre qu’il affectionne le plus tels que P.K.Dick, Asimov, Silverberg, et Lovecraft, comme pour se protéger contre les comparaisons tout en rendant hommage aux maitres.

Les lecteurs voyageront avec plaisir dans le temps et l’espace à travers les sept nouvelles qui constituent l’ouvrage.

Un vol dans l’espace qui ne se passe pas comme prévu et réserve bien des surprises. Des ambiances de fin du monde. Des créatures extra-terrestres aux visées différentes concernant l’Humanité. Des robots un peu trop évolués et même… un conte philosophique tout en finesse et sensibilité, comme pour finir sur une note plus douce après l’angoisse et le suspense dans lequel ont baigné les histoires précédentes.

Pour un premier essai, Le naufragé est donc une vraie réussite pleine de promesses pour la suite. Il y a fort à parier qu’après avoir salué ses idoles en s’en inspirant, l’auteur va maintenant se sentir libre d’affirmer son propre style dans le prochain ouvrage qui est déjà annoncé. A suivre…

Publicités

Une réflexion sur “Chronique : « Le naufragé » (Bruno Bazot)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s