Chronique : « La Baie des Morts » (Azel Bury)

Par défaut

Bienvenue dans « La Baie des Morts », lecteur intrépide, ou plutôt… bienvenue dans l’univers d’Azel Bury.

Et pour te plonger dans l’histoire, tu pourras compter sur un duo d’enquêteurs du paranormal qui pourrait tout d’abord nous rappeler les illustres agents Mulder et Scully. Sauf qu’il n’y a pas d’enquête du FBI ici, mais plutôt un reportage pour une émission de télévision un brin racoleuse.

Comme se plaisent à le rappeler nos deux sympathiques personnages principaux, Irma (la journaliste) et Adriel (le responsable de la logistique), la grande majorité des cas sur lesquels ils enquêtent sont bidons. La grande majorité… Mais qu’en est il des événements étranges qui s’accumulent à Cruden Bay en Ecosse ?

Un enfant harcelé par un fantôme, un étrange crash d’avion trente ans plus tôt… et bien d’autres (mauvaises) surprises qui attendent Irma et Adriel.

Le récit commence de façon assez légère et on se plaît à voyager avec les deux héros de l’histoire à la rencontre de personnages hauts en couleur dans une écosse dont le petit côté « carte postale » est tout à fait rafraîchissant. Et puis vient la douche froide pour nos héros ou plutôt la douche écossaise… Ce qui n’aurait pu être qu’une enquête triviale et folklorique de plus remue le passé et fait ressurgir d’effroyables secrets… Le mystère s’épaissit et la menace se fait plus présente…

L’écriture est simple et fluide, toute en efficacité, et se permet des touches d’humour bienvenues par endroits. Les chapitres, relativement courts, s’enchaînent très bien et changent systématiquement de points de vue, ce qui permet un attachement plus important aux personnalités différentes mais complémentaires d’Irma et d’Adriel.

Une fois l’enquête achevée, on quitte à regrets nos deux héros, tout en sachant qu’on peut les retrouver dans leur aventure suivante, « Onisha Song »…

Publicités

Chronique : « Codex Occultum Genesis » (Didier Fédou)

Par défaut

Après mon article enthousiaste sur la nouvelle « Nicotine » de Didier Fédou, je poursuis mon rattrapage estival avec un retour sur «Codex Occultum Genesis» du même auteur.

Ce qu’il y a de remarquable avec les nouvelles de Didier Fédou, c’est que l’on a toujours plaisir à se laisser embarquer dans ses histoires qui, tout à tour, nous surprennent, nous font frémir, et bien souvent nous amusent, même si (surtout si, devrais-je dire !) l’humour est bien noir et la chute, toujours bien amenée, est brutale.

C’est donc encore le cas avec «Codex Occultum Genesis». On croit d’abord connaître l’histoire ou saisir l’influence. Un jeune homme, instruit mais un peu naïf, amené à rencontrer un personnage étrange reclus dans une demeure aussi impressionnante que sinistre. Nous voici plongés en pleine ambiance gothique et l’ombre de Bram Stoker plane… Sauf que ce n’est que le point de départ d’un récit fantastique original et reposant sur une idée, aussi folle que géniale, qu’il serait criminel de dévoiler dans ces lignes.

A défaut de parler de l’intrigue, il faut souligner, outre le style toujours impeccable de l’auteur, le degré de précision et de rigueur apporté à l’univers dans lequel se déroule l’histoire. On devine un sérieux travail de recherche (ou d’importantes connaissances préalables ?) accordant une grande crédibilité à ce qui aurait pu apparaître quelque peu farfelu autrement.

Une fois que vous aurez lu les premières lignes de ce texte, la curiosité vous fera tourner les pages à grande vitesse jusqu’à la conclusion jubilatoire, véritable signature de l’auteur.

Chronique « Nicotine » (nouvelle de Didier Fédou)

Par défaut

Pour avoir déjà lu des écrits de Didier Fédou, je me réjouissais à l’avance de me lancer dans la lecture de la nouvelle intitulée « Nicotine »… et je n’ai pas été déçu, bien au contraire !


Je vais volontairement en dire le moins possible sur l’histoire pour laisser tout le monde profiter du texte dans les meilleurs conditions, mais je peux vous parler de mes impressions : tout d’abord un peu amusé et surpris par le début de la nouvelle (connaissant le ton habituel des histoires de l’auteur), je me suis laissé très vite accroché par le récit. Et ce qui commençait comme une histoire qui aurait pu être toute simple prend soudain une tournure inattendue et délicieusement effrayante ! A partir de là, les pages défilent et, bien sûr, on lit cette courte histoire d’une traite… avec sa montée en puissance et son final d’une efficacité redoutable.


Toujours rien à redire sur l’écriture ciselée de l’auteur, qui sait aller droit au but sans fioritures, tout en promettant une lecture agréable.


Toute l’histoire repose sur une idée très maline à laquelle il fallait penser…


Bravo donc, et je ne peux que recommander cette lecture qui ne pourra pas vous laisser indifférent !

Chronique « Les Orakles (tome II) Morgane Pinon

Par défaut

Avec « Le Poignard d’Argent », tome II de la saga « Les Orakles » de Morgane Pinon, nous voici replongés dans un univers singulier dans lequel la magie et le réalisme d’un monde plus terre à terre entrent à nouveau en conflit.

Nous retrouvons nos héros là où nous les avions laissés, ou presque, puisque le temps a passé. Les péripéties avec lesquelles ils doivent se débattre (essentiellement une mission centrée sur la protection du poignard d’argent qui donne son nom à l’ouvrage, mais aussi leur parcours personnel) se suivent avec toujours autant de plaisir et de facilité. Action, amitié, amour, fantastique, surprises… Tous les ingrédients de la saga sont réunis !

Avec ce deuxième tome, l’auteure semble avoir gagné en confiance et peut donc avancer ses pions avec aisance.

En effet, la plume de Morgane n’a rien perdu de sa légèreté, bien au contraire, et les pages se tournent toutes seules jusqu’à un dénouement à la fois tout à fait satisfaisant, en oubliant pas de garder une porte ouverte pour la suite qui s’annonce prometteuse.

Cette saga, dans la veine de « Harry Potter » mais à l’identité bien française, est davantage destinée à un public jeune (à la recherche d’histoires de qualité), mais, quelque soit votre âge, si l’idée de vous immerger dans un univers de magie plein de fraicheur (malgré la noirceur qui guette), n’hésitez pas à découvrir le premier tome. Et si vous avez déjà lu et apprécié le premier tome, le deuxième ne pourra que vous plaire !