Chronique : « Alt-Life » (Falzon / Cadène)

Par défaut

On ne compte plus les oeuvres nous proposant une immersion dans une réalité virtuelle. Les films « Matrix » des Wachowski et « Existenz » de Cronenberg, ou bien « Harsh Realm » (le comics puis surtout la série TV) pour ne citer que quelques exemples mémorables. Mais le duo derrière la bande dessinée « Alt-Life » semble avoir pris la pleine mesure du risque de redite.

La question est en effet adressée dès les premières pages avec l’évocation de « Matrix » et la façon dont le film représentait à l’époque (1999 déjà…) un monde virtuel. Par un commentaire méta bien senti, l’un des personnages défend la vision de la réalité virtuelle des Wachowski à l’aide d’une comparaison avec un autre auteur visionnaire. Nul autre que Jules Verne qui anticipait déjà un voyage incroyable dans « De la Terre à la Lune ».

L’argument est donc établi d’entrée de jeu. Point de redite, mais une réinvention. Une nouvelle proposition doublement originale et pertinente puisque le scénario aussi bien que le dessin nous offrent une nouvelle incursion (un « trip », dans tous les sens du terme, pourrait-on dire) dans un univers imaginaire que l’on croyait connaître.

Le dessin tout en ligne claire et en courbes sied à merveille à cet univers où on ne cesse d’arrondir les angles pour se lover dans sa bulle, tandis que les couleurs, éclatantes, apportent une touche de merveilleux à cet endroit qui a tout d’un jardin d’Eden pour nos nouveaux Adam et Eve.

Ici, pas de grand antagoniste. Pas d’obstacle à surmonter dans la grande tradition du schéma actantiel. Du moins pas d’obstacle extérieur. Car il y a bien une quête, mais celle-ci est existentielle et philosophique.

René et Josiane sont des pionniers de cette réalité virtuelle qui sera bientôt leur réalité tout court. Le monde physique est voué à disparaître. Ni apocalypse ni catastrophe écologique particulière. Notre monde est juste un vieux corps malade qui a atteint sa limite et qu’il va falloir laisser mourir.

Mais dans un monde sans limites, comment se définir ? Comment chercher le bonheur lorsque rien n’est inatteignable ? Comment faire confiance à nos sens lorsque tout peut être faux ? Et à l’heure où la connexion est totale, comment peut-on se sentir aussi déconnectés ? Quel est le sens de l’existence ?

René et Josiane sont les pionniers d’une « Terra Nova » cérébrale. Les héros d’une aventure intérieure où la véritable rencontre de soi même, puis de l’autre, est le défi à relever. Une aventure vertigineuse à laquelle nous invitent Joseph Falzon et Thomas Caldène. Et une telle invitation au voyage, cela ne se refuse pas…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s